263 million children and young people not in school from primary to Secondary

unesco

Paris, 13 July, according to new data from the UNESCO Institute for Statistics (UIS), about 263 million children and youth are not in school, which corresponds to about a quarter of the European population . This figure includes 61 million school-age children attend primary school (6-11 years), 60 million teenagers age to be enrolled in the middle school (12-14 years), and 142 million young age to be enrolled in upper secondary education (15-17 years) category which is the subject of an estimate for the first time. These findings appear in a new document jointly issued by the ISU and the Global Monitoring Report on Education (GEM).

“Countries have pledged to ensure that all children receive a full course of primary and secondary education by 2030. These new findings show the hard work that remains to be done to achieve this goal” said the Director General of UNESCO, Irina Bokova. “We must focus on inclusion from an early age and throughout the learning cycle by implementing policies to remove obstacles at every step, and paying special attention to girls, who are the most disadvantaged.

Of all regions, sub-Saharan Africa is the one with the highest exclusion rates. More than one fifth of children aged 6 to 11 do not attend school, followed by a third of young people aged 12 to 14 years. According to UIS data, nearly 60% of youth aged 15 to 17 do not attend school. Persistent disparities in participation in education related to gender, place of residence and wealth are one of the main obstacles to achieving this goal.

Armed conflict is also a major barrier to education. Globally, 35% of children out of school going age in primary school (22 million), 25% of adolescents out of school-age enrolled in junior high (15 million) and 18% of-school youth age to be enrolled in upper secondary education (26 million) live in an area affected by conflict.

Overall, older youth (15-17 years) are four times more likely than children 6 to 11 years do not attend school. This is explained by the fact that unlike the upper secondary school, primary school and junior high school are required in almost all countries. In addition, these young people have often reached the legal working age. Many of them have no other choice but to work, while others try to balance school and work.

Moreover, girls are more likely than boys to never set foot in a classroom, despite all the efforts and progress made in the last 20 years. According to UIS data, 15 million girls in age to go to primary school will never have the opportunity to learn to read and write at primary school, against 10 million boys. More than half of them (9 million) live in sub-Saharan Africa.

Poverty creates another obstacle for girls. Thus, according to the analysis of the GEM Report, North Africa and Western Asia, the disparities are much greater in the poorest people, of which only 85 girls for every 100 boys age to be enrolled in the junior high school in school, this figure fell to 77 girls per 100 boys in the senior high school.

263 millions d’enfants et de jeunes non scolarisés du primaire au deuxième cycle du secondaire

unesco

Paris,13 juillet—Selon les nouvelles données de l’Institut de statistique de l’UNESCO (ISU), environ 263 millions d’enfants et de jeunes ne sont pas scolarisés, ce qui correspond à près d’un quart de la population européenne. Ce chiffre comprend 61 millions d’enfants en âge d’aller à l’école primaire (6-11 ans), 60 millions d’adolescents en âge d’être inscrits dans le premier cycle du secondaire (12-14 ans), et 142 millions de jeunes en âge d’être inscrits dans le deuxième cycle du secondaire (15-17 ans), catégorie qui fait l’objet d’une estimation pour la première fois. Ces conclusions figurent dans un nouveau document publié conjointement par l’ISU et le Rapport mondial de suivi sur l’éducation (GEM).

« Les pays se sont engagés à faire en sorte que tous les enfants suivent un cycle complet d’enseignement primaire et secondaire à l’horizon 2030. Ces nouvelles conclusions montrent le travail difficile qu’il nous reste à accomplir pour atteindre cet objectif », a déclaré la Directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova. « Nous devons mettre l’accent sur l’inclusion dès le plus jeune âge et tout au long du cycle d’apprentissage en mettant en œuvre des politiques visant à lever les obstacles à chaque étape, et ce en accordant une attention particulière aux filles, qui restent les plus désavantagées. »

De toutes les régions du monde, l’Afrique subsaharienne est celle qui présente les taux d’exclusion les plus élevés. Plus d’un cinquième des enfants âgés de 6 à 11 ans ne vont pas à l’école, suivis d’un tiers des jeunes âgés de 12 à 14 ans. Selon les données de l’ISU, près de 60 % des jeunes de 15 à 17 ans ne sont pas scolarisés. Les disparités persistantes en matière de participation à l’éducation liées au sexe, au lieu de résidence et à la richesse sont l’un des principaux obstacles à la réalisation de cet objectif.

Les conflits armés constituent également un obstacle majeur à l’éducation. Au niveau mondial, 35 % des enfants non scolarisés en âge d’aller à l’école primaire (22 millions), 25 % des adolescents non scolarisés en âge d’être inscrits dans le premier cycle du secondaire (15 millions) et 18 % des jeunes non scolarisés en âge d’être inscrits dans le deuxième cycle du secondaire (26 millions) vivent dans une zone touchée par un conflit.

Globalement, les jeunes plus âgés (15-17 ans) sont quatre fois plus susceptibles que les enfants de 6 à 11 ans de ne pas aller à l’école. Cela s’explique notamment par le fait qu’à la différence du deuxième cycle du secondaire, l’enseignement primaire et le premier cycle du secondaire sont obligatoires dans presque tous les pays. En outre, ces jeunes ont souvent atteint l’âge légal pour travailler. Bon nombre d’entre eux n’ont d’autre choix que de travailler, tandis que d’autres tentent de concilier école et emploi.

Par ailleurs, les filles sont plus susceptibles que les garçons de ne jamais mettre le pied dans une salle de classe, malgré tous les efforts et les progrès accomplis ces 20 dernières années. D’après les données de l’ISU, 15 millions de filles en âge d’aller à l’école primaire n’auront jamais la possibilité d’apprendre à lire ou à écrire à l’école primaire, contre 10 millions de garçons. Plus de la moitié d’entre elles (9 millions) vivent en Afrique subsaharienne.

La pauvreté crée un obstacle supplémentaire pour les filles. Ainsi, d’après l’analyse du Rapport GEM, en Afrique du Nord et en Asie occidentale, les disparités sont bien plus importantes au sein des populations les plus pauvres, parmi lesquelles seulement 85 filles pour 100 garçons en âge d’être inscrits dans le premier cycle du secondaire vont à l’école, ce chiffre tombant à 77 filles pour 100 garçons pour le deuxième cycle du secondaire.